22 02 Bois des Caures

Première présentation de la station d’écoute du Lieutenant Delavie
Le premier espionnage téléphonique. 

Dimanche 22 février 2015 à Vacherauville 55100.

Cette année 2015, à l’occasion du 99ème anniversaire du début de la Bataille de Verdun, nous avons choisi de présenter dans le cadre du Centenaire, une découverte développée et généralisée sur tout le front : la copie de la première station d’écoute du Lieutenant Delavie.

Professeur de physique, il est téléphoniste dans l’armée. Stationné au Bois Brulé situé entre Saint Mihiel et Apremont Meuse, il constate entendre différentes conversations dont des mots étrangers. Son compagnon lui précise que ce sont des mélanges de lignes et qu’il n’y a rien à faire. En pur technicien il étudie la question et décide de spécialiser un équipement.
La téléphonie militaire en cette période utilise un seul fil conducteur. Le retour s’effectuant par la terre. Poursuivant son idée, il fit placer le plus prés possible de la tranchée adverse une prise de terre sous forme d’une « baïonnette » sur laquelle est branché un fil. L’ensemble caché à la vue des opposants est relié à la borne de son combiné téléphonique. Un autre point de terre dans le même principe mais situé le plus éloigné possible du premier. Il se mit à l’écoute en ayant retiré son micro pour n’en conserver que l’écoute. Extraordinaire il entend des ordres donnés dans une langue étrangère ! Recherchant un traducteur, qui permet de noter les renseignements. Il décide d’en informer ses supérieurs, sans suite, quand survient un ordre de tir donné à une batterie par son Capitaine situé sur le secteur de Commercy. Il contacte son Capitaine pour l’en informer. Stupéfait par ce risque il décide de venir voir sur place comment cela s’est fait !
Parfait le voici convaincu, il encourage le Lieutenant à continuer et fait son rapport. Le retour arrive :
Généralisation de la téléphonie à 2 fils pour s’isoler de la terre et généralisation de ce principe d’écoute sur toute la ligne de front et organisation du transfert des écoutes vers le 2ème bureau et gérée par le Capitaine Morin sur la région.
Notre station d’écoute se compose d’une ancienne caisse de munitions, percutée par un éclat d’obus retrouvé à proximité du château Poincaré à Sampigny. Equipée d’un casque d’écoute, de connecteurs constitués par des étuis et pointus de balle, de deux circuits d’écoute .Dont un message de l’époque enregistré à entendre et sur l’autre un récepteur sur une station Allemande. Un jeu de baïonnettes avec fils pour les prises d’écoutes. Un chandelier de circonstance. Un crayon et carnet de note.
Le message entendu:
Jawohl, Herr Leutnant!
Vom Angriff werden gemeldet 3 Gefallene bei der 1. Kompanie, 13 bei der 2., keine Verluste bei der 3. und 22 bei der 4. !
Die 7 Kompanien, die im Anmarsch waren, haben schwere Verluste.
Sie sind mit 2 Stunden Verspätung angekommen, es ist noch nicht bekannt, wie viel Verwundete es gab, da viele auf dem Weg zurück geblieben sind.
Das ist ein bißchen stur. Drei mal haben die Franzosen uns das jetzt schon geliefert.
Beim ersten mal bei den Bataillonen, die bei Vaux-Ferry zum Angriff angetreten sind, schon bei der Bereitstellung, ein zweites mal, als man das Landsturm-Bataillon angreifen ließ, man kann keine einzige Kompanie mehr bewegen, ohne einen Gewitterhagel von MG-Feuer zu erhalten.

Traduction:

Oui mon Lieutenant, le rapport de l’attaque est de 1er compagnie 3 morts, la 2ème 13 morts, la 3ème 0, la 4ème en a 22.
Les 7 compagnies qui étaient sur le chemin ont de lourdes pertes. Ils sont arrivés avec 2 heures de retard, on ne sait pas encore combien il y a de blessés car ils étaient restés sur le chemin.
C‘est un peu raide. Voila 3 fois que les Français nous font ça.
Une première fois pour les bataillons qui allaient attaquer à la Vaux-Ferry, dès le point de rassemblement, une seconde fois pour le bataillon de landsturn qu’on a fait monter et aujourd’hui, on ne peut plus remuer une compagnie sans recevoir un ouragan de mitraille.

Cette présentation a été attractive, avec beaucoup de succès, ainsi que des demandes de cette présentation hors département du 51 et 57. La promesse d’en informer les associations de radioamateurs concernés.
Les opérateurs du jour en présentation de l’exposition :
Viviane, Bernard F1ATR, Daniel F6DPR,  et Jean Claude F4DDF.
Aux photos : Maxime.
L’équipe de TM100LGG tient à remercier tout particulièrement :
Les officiels;
La Mairie par Monsieur le Maire de Vacherauville ;
La communauté de commune du Grand Verdun par Magalie ;
L’association Connaissance de la Meuse par la présence en tenue de Jean-Louis PROT pour des photos;
La traduction du message par Pierre LENHARD;
Les visiteurs.
Cette première, pas de radio, mais nous sommes à  68 visiteurs et plusieurs signatures sur le livre d’or.
BCDelavieBCDelavieLigne

.

.

Photos prisent courant février 2015 au P.C. Driant bois des Caures 55100
Mais qui se reflète sur le casque?
Il semble nous dire que le casque est venu seulement  en fin 1915.
Seul la casquette et cervelière!

Ancien2Ancien3S